STRASBOURG – Eglise protestante Saint-Guillaume

Photo : J.Ph.Grille

André Silbermann

1728

Buffet classé au titre des Monuments historiques en 1987

 

L’orgue a été construit par André Silbermann ; il fut inauguré le premier dimanche de l’Avent 1728. Cet instrument comprenait à l’origine dix-neuf jeux, répartis sur  deux claviers manuels (grand-orgue et positif de dos) et pédale. Son fils Jean-André Silbermann compléta le grand-orgue, avec une Voix humaine en 1734 et une Trompette en 1754.

A partir de 1833, l’entretien fut assuré par la famille Wetzel qui changea sept jeux en 1845, puis un autre en 1863. La maison Wetzel fut également chargée de réparer l’orgue à la suite des dégâts causés par le bombardement de 1870. En 1881, le facteur Heinrich Koulen procéda à des transformations importantes, avec l’ajout d’un troisième clavier expressif et la modification du diapason. C’est à cette occasion, semble-t-il, que l’orgue fut déplacé sur le jubé. Ernest Munch, nommé organiste titulaire en 1885, fondateur et chef du chœur de Saint-Guillaume, obtint une nouvelle transformation qui fut réalisée par Walcker. Si les deux buffets de l’orgue d’André Silbermann ont été conservés, Walcker construisit en fait en 1898 un instrument entièrement nouveau (son opus 804) qui ne conservait aucun tuyau d’origine. L’orgue, mis à part le positif postiche maintenu au bord du jubé, fut déplacé au fond de la tribune pour faire place au nouvel ensemble choral fondé par l’organiste. Une console indépendante à transmission pneumatique mettait en œuvre cinquante-deux jeux répartis sur trois claviers manuels et la pédale. Cet orgue n’avait donc plus rien à voir avec l’ouvrage Silbermann. D’autres travaux, ayant pour objet de nouvelles mises au goût du jour, intervinrent encore en 1925, 1935 et 1938 par les soins du facteur Georges Schwenkedel, puis en 1951, 1955 et 1957 par Ernest Muhleisen qui électrifia notamment la transmission. Il était prévu que l’orgue soit encore agrandi, mais le projet de réaliser le plus grand orgue de Strasbourg avec soixante-quatorze jeux, quatre claviers et pédale ne fut jamais entièrement réalisé.

  Au début des années 80 avec ce “Silbermann” dont il ne restait que les apparences, la paroisse s’est sentie libre d’envisager une expérience entièrement nouvelle. Profitant d’une rénovation complète de l’intérieur de l’église, il a été décidé de construire un instrument qui permette d’interpréter au mieux la musique baroque. C’est l’esthétique de Gottfried Silbermann, le frère d’André, qui fut retenue pour ce projet, nettement orienté vers l’orgue de concert. A propos du mariage entre les buffets et la nouvelle esthétique il convient néanmoins de préciser que contrairement aux Silbermann “français”, Gottfried n’a jamais construit d’orgue avec un positif de dos.  

Détail important, le nouvel instrument a été installé sur un chariot monté sur rails et motorisé : lorsque la tribune doit recevoir le chœur, l’ensemble peut ainsi reculer de dix mètres, ce qui laisse disponible un espace plan de cinquante mètres carrés pour l’orchestre et des gradins pour une centaine de choristes. Les dispositions de 1898 très iconoclastes pour la cause organistique ont ainsi trouvé une solution originale.

C’est le facteur Yves Koenig de Sarre-Union qui fut chargé de ce projet de construction. L’orgue fut construit en 1986-1987 et inauguré le 6 décembre 1987 par Michel Chapuis .

La façade du positif reste seule en bordure de tribune lorsque l’orgue est reculé
Photo : J.Ph.Grille